A propos du Squat « Le Con » courant juin à Poitiers

Posted: janvier 17th, 2012 | Author: | Filed under: Expulsion, femmes, homosexualités, genres, Logement/squat, Poitiers | No Comments »

« Nous, occupants de l’immeuble situé au 89 de la rue des Feuillants depuis près de deux semaines, avons ouvert ce lieu au public le 15 juin après avoir prévenu le voisinage de notre présence.
Notre démarche est politique. Nous entendons faire de cette habitation un lieu d’échange et de rencontres : repas de quartier, friperie, expressions diverses… Nous vous invitons à venir participer à différents débats ainsi qu’à proposer des sujets de discussion. Nous souhaitons nous organiser sur l’initiative de chacun et chacune afin de nous réapproprier, à notre mesure, la ville, le temps et l’espace. A très bientôt ! »

(communiqué d’ouverture des squatteur-euse-s du « con »)

Un groupe d’individuEs considéré comme proche de « la mouvance anarchiste » -selon les merdias poitevins-, a ouvert une maison à Poitiers à partir de la mi-juin. L’occupation du lieu a été plutôt courte ; en effet après plusieurs tentatives d’intimidation de la part de la police, de Logiparc (bailleur sociale propriétaire des murs de cette maison) [1] , de mensonges à répétitions dans la presse locale [2], d’une décision d’expulsion délivré extrêmement rapidement ; la joyeuse bande d’occupantEs à quitter les lieux dans la nuit du 23 au 24juin. Bien sûr la police (en nombre) est intervenue à environ 3h du matin durant le déménagement, en s’introduisant dans la maison sans huissier de justice, l’ensemble des personnes présentes ont réussit à faire pression et à sortir sans qu’une seule identité n’est pu être récupérer par les pandores.[3]
Ce lieu a permis de rencontrer des voisins, d’organiser des bouffes collectives, une projection, et des débats. Mais surtout elle a permis à un grand nombre de personnes  de se rencontrer et à se connaitre ; créant une dynamique et des envies que ni les flics ni la presse et autres juges ne pourront enrayer. Nous prenons bonne note que ni la mairie, ni la police et autres personnalités influentes poitevines ne nous laisserons ouvrir un lieu [4], face à la restructuration urbaine poitevine nous continuerons les hostilités à leur encontre.
Read the rest of this entry »